Sélectionner une page

6 févr. 2015

Pour avoir une relation privilégiée avec mes 2 plus grandes filles, les soldes étaient en théorie un moment génial…Avant mon accident ,rien ne valait  une petite balade dans les magasins pour se faire plaisirs et admirer un sourire sur leur visage en  faisant :

  • du lèche vitrine
  • ou en essayant des vêtements
  • ou en ouvrant des paquets surprises.

Mais maintenant il fallait que je me booste pour prendre sur moi.
Et oui même avec un traumatisme crânien, il fallait penser à refaire la garde robe de mes ados.

Le temps ne passait pas toujours vite pour moi, mais par contre, elles grandissaient en quelques mois de façon fulgurante .
Heureusement , elles étaient toujours la pour me le rappeler.
Elles auraient aimé  bien sur que tout rentre dans l’ordre pour moi rapidement pour que l’on reprenne notre vie de famille d’avant. Cependant ce n’était pas encore le cas.

Au détour des boutiques, même si j’avais calculé pour faire ma sieste avant de partir le matin ,ma fatigue et mes vertiges se faisaient ressentir peu à peu . Même en donnant le bras à une de mes filles donc en étant guidée, mes symptômes persistaient.
Comme on devait écourter nos soldes, je voyais dans leur visage, de la compassion mais aussi de la déception.
Elles qui étaient à la fleur de l’âge devaient modérer leur ardeur devant la maladie .
Cette maladie avec un grand M bouffait toute notre famille .
Tout se faisait en fonction de Madame MALADIE .